« Le Harcèlement » (Saint Quentin, 11/02/14).

Que dit la théorie…

Le harcèlement vise la destruction progressive d’un individu ou d’un groupe par un autre individu ou groupe au moyen de « pressions réitérées destinées à obtenir de force de l’autre quelque chose contre son gré, et, ce faisant, à susciter et entretenir chez l’individu un état de terreur.

Le harcèlement s’inscrit dans « la durée« , et inclut la « répétition« .

Pourquoi harcèle-t-on ? Et bien, on harcèle d’une part lorsqu’on ne va pas bien et que l’on possède une structure très perturbée, mais surtout on harcèle lorsqu’on ne peut y arriver autrement (l’angoisse le provoque). Logiquement une relation s’instaure avec un consentement mutuel et de façon très naturelle, ce qui n’est pas le cas chez le harceleur.

Quand aux « victimes« , ce sont des personnes sensibles et douées, altruistes et très vite culpabilisées (faille majeure auquelle s’acroche le harceleur).

Il existe différents types de harcèlements. Le plus fréquent étant le « harcèlement au travail ». La plupart du temps il s’agit d’un supérieur hierarchique (lien ascendant le favorisant) mais cela peut-être également observé entre collègues. Ici, une particularité, un désaccord ou une différence suffiront à créer l’exclusion et le rejet.

Le harcèlement dans le « couple ou la famille » est très difficile à observer puisque la plupart du temps, caché! Il s’agit plutôt en général de l’homme mais pas toujours. L’homme est plus fort physiquement que sa femme ou ses enfants, cela crée un lien ascendant, sans parler du « mythe » encore présent malheureusement de la supériorité de l’homme sur la femme.C’est en cours de changement, et la parité des sexes se fait de plus en plus malgré la réticence de l’homme ou de ses institutions.

Les femmes battues en sont l’illustration parfaite. La violence verbale puis physique ne sont que la conséquence d’un harcèlement présent au début de la relation mais non perçu comme suspect ,et pourtant! . Le harcèlement peut également s’observer parmi les membres d’une même fratrie. Un détail ou particularité physique suffisent pour l’amorcer, ou le rang de naissance par exemple (le petit dernier moins fort physiquement ne peut se défendre, et, est toujours attaqué).

Enfin le dernier harcèlement dont tout le monde parle en ce moment et le plus dangereux est le « harcèlement scolaire ». Les enfants sont de plus en plus jeune confrontés à ce type de problème (moyen: internet). Ceci est gravissime parce que d’une part les enfants ne connaissent pas ce type de problème et n’y sont pas préparés (effraction dans leur monde psychique) et de plus l’enfant est un être « en devenir » qui n’est pas mature et n’a pas encore les outils ainsi que les moyens pour le combattre.

Les origines psychologiques signent une structure très perturbée pour le harceleur. On parle de « Perverssion Narcissique » ou l’autre n’est vu que comme un « objet » censé combler leur propre narcissisme si défaillant. La quête narcissique est au centre de cette pathologie. Il faut bien comprendre que la faille narcissique est si importante que la personne est tenue de vider l’autre de tout ce qui touche à son narcissisme afin de se l’appropprier. Alberto Eiguer décrit très bien dans son livre  » Le pervers narcissique et son complice » les mécanismes et mouvements psychiques de cette pathologie.

On parle également de « paranoïa » ou de structure s’y assimilant. Persécuter l’autre parce que l’on se sent soi-même persécuté. C’est ce que développe M.F.Hirigoyen dans son livre « le harcèlement moral ».

Cela renvoie également à minima à mon Essai Clinique concernant « l’Avidité Destructrice » et ce « sentiment d’avidité » que l’on retrouve dans cette pathologie.

Quoiqu’il en soit le but demeure le même, mettre la personne sous « emprise« . La première phase est celle de la séduction (la lune de miel) ou l’autre est paré de toutes les qualités, tout est beau et merveilleux. C’est la phase qui permet l’accroche et l’attachement également. Puis très vite c’est la phase de destruction par la disqualification. Comme par hasard la personne ne sait plus faire les choses,n’est plus aussi jolie ou douée. Bref le travail de mise à mort peut commencer.

Du coté de la victime on note une trop grande tolérance (ou fragilité) avec un altruisme bien souvent très prononcé. On retrouve également beaucoup de culpabilité. Certains auteurs parlent de « masochisme » mais je ne suis pas d’accord car c’est beaucoup trop réducteur à mon sens. Si une personne rencontre toute sa vie ce type de personnes et bien oui on est en droit de pouvoir envisager ce diagnostic. Mais la plupart du temps ces personnes ne rencontrent qu’une seule fois ce type de personne et se méfient durant toute leur vie.

Par contre, personnellement j’ai souvent noté une trop grande « porosité des limites« , ou ces personnes ont du mal à dire non,à discerner, ne savent pas trancher ou voir si l’autre va trop loin ou si cela n’est qu’une impression. Elles doutent de vivre vraiment tout cela et n’hésitent pas à excuser l’autre ou minimiser leur actes (ce qui est formidable pour le harceleur car il sait qu’il peut s’engouffrer dans cette brèche).

Un cycle commence dès lors à s’instaurer, le premier met à mal, détruit de façon pulsionnel (et pour se restaurer narcissiquement également), l’autre par un « phénomène d’usure par habituation » commence à se « déprimer ». Quelques éléments dépressifs deviennent vite un syndrome dépressif lourd que le harceleur met en avant (« tu vois c’est toi qui est malade, il faut te faire soigner!…), et qui malheureusement peut aboutir à une tentative de suicide, qui peut malheureusement réussir… c’est la mort.

Les solutions …

La première des choses est de briser la « loi de l’Omerta » (loi du silence), c’est à dire parler, dire, raconter. A la famille, aux amis, aux associations, qu’importe le temps étant d’oser dire voilà je vis cela. Si la personne n’est pas crue de suite ce n’est pas grave l’important étant de briser le cycle infernal du silence dans lequel l’a placé le harceleur.

Il faut également utiliser « la loi » seul véritable remède. Seule la loi peut faire cesser le problème avec l’arrivée d’un tiers d’une part ,et, qui représente la loi.

Egalement, avoir de véritable « soutiens extérieurs » favorisent le mieux être, et la reprise d’une vie sociale ainsi que l’acheminememt vers une guérison de bon pronostic.

 

TABLE RONDE autour du harcèlement .